WELCOME TO NEW YORK

    Cet hiver, New York est la ville où les caractéristiques britanniques fusionnent avec la clarté, l’ouverture d’esprit et la modernité de New York et où l’âme urbaine de la « New Generation » règne en maître. Les tendances vont de la simplicité naturelle et de l’authenticité à une élégance retrouvée. De nouvelles formes, de nouveaux volumes influencent le look et on découvre ainsi un mélange d’éléments formels et sportifs caractérisé par une silhouette souple et détendue ! La finition et la complémentarité du style et des tissus deviennent des critères essentiels.

    ALWAYS STAY TRUE TO YOURSELF

    Le mélange de matières outdoor regroupant nylon et qualités bonding crée un certain dynamisme. Le mélange des matières semble aller de soi et les finitions ainsi que le traitement des matières confèrent à chacun des styles de nouveaux touchers et ainsi, une authenticité plus grande des réalisations.

    SWISS MEN
    IN
    NEW YORK

    SET THE PACE – THE REST WILL FOLLOW

    Active wear des plus réussies ! Robuste mais pas moins stylé. Quittez votre zone de confort et faites-vous surprendre. 

    CHRISTIAN WASSMANN

    Architecte et designer

    Diplômé d'architecture intérieure de l'Université des Beaux-arts de Zürich, Christian Wassmann s'est acquis une solide réputation et est devenu une référence incontournable de la profession. En 2005, il crée le Studio Christian Wassmann à New-York. Depuis, il a reçu le prix Swiss Art dans la catégorie Architecture et le prix du Meilleur nouveau cabinet d'architectes new-yorkais de l'AIA.

    Un Suisse à New-York
    New-York est une ville vraiment libératrice. Ce n'est pas un endroit qui vous force à être comme ceci ou comme cela. Tous ceux qui viennent à New-York sont un peu hors norme. Je suis comme un petit poisson dans le grand bassin et ça me plaît. Ici, la vie est imprévisible. Il y a une certaine dose de risque et de danger, ce qui est vital pour moi. Pour progresser dans ma vie et dans mon travail, j'ai besoin de ce suspense et de cette incertitude, qui peuvent s’avérer très fructueux.

    Mon studio se trouve dans la plus grande communauté d'artistes des États-Unis. Dans le hall, on croise toutes sortes de gens qui travaillent dans les disciplines les plus variées. Le bâtiment incarne tout à fait l'approche interdisciplinaire que je recherchais avant tout en quittant la Suisse. Mais la Suisse a d'autres qualités qui me manquent ici, comme d'excellents artisans et des professionnels extrêmement compétents. En ce moment, je construis une maison à Woodstock pour ma famille et en fait, pour le gros œuvre, nous avons fait appel à des charpentiers suisses. Ils pré-fabriquent la charpente en Suisse selon mes plans et me l'envoient par conteneurs, ce que je n'envisageais pas du tout quand j'ai commencé à concevoir la maison, mais les Suisses sont tellement en avance techniquement ! J'aime bien faire le lien entre différentes cultures et différents pays.

    Philosophie personnelle
    On peut dire que toutes mes créations et ma philosophie personnelle tournent autour du soleil et de sa course. Depuis ma plus tendre enfance, j'ai toujours été fasciné par le ciel et le cosmos. Aujourd'hui, nous appliquons notre approche cosmique à tout ce que nous créons. La maison Course du soleil, que j'ai construite à Miami Beach pour l'un de mes clients particuliers, en est un bon exemple. Tout le concept repose sur la position du soleil au solstice d'été.

    Style personnel
    Thom York a dit : « Une maison, c'est comme un blouson de cuir noir », la mienne ressemblerait plutôt à une œuvre d'architecture. J'aime mélanger les genres. Mes jeans et mes tee-shirts sont en coton bio. À chaque fois que c'est possible, je choisis des produits durables, à condition qu'ils soient beaux.

    Ne sors jamais sans...
    Mon carnet de croquis. J'utilise le même format depuis mes 20 ans. Je l'emmène partout et en remplis environ deux par an.

    OLIVER STUMM

    Gastronome et producteur de disques

    Cet ancien mathématicien et informaticien vit à New York depuis plus de 20 ans. Outre le célèbre café suisse Select, il possède trois autres restaurants et bars, ainsi qu'une maison de disques connue.

    Un Suisse à New York
    J'ai grandi au sein des deux cultures, américaine et suisse. Comme j'ai la double nationalité, j'essaie de prendre le meilleur de chaque culture. La musique requiert une haute technicité, mais est aussi très poétique. Pour créer des chansons à succès, il faut les deux. Je m'inspire de la musique soul qui tient aujourd'hui encore le haut du pavé dans la musique pop : c'est mon côté américain. Et de ma culture suisse, j'ai hérité des aspects plus techniques, car c'est un pays très en avance en ingénierie du son. En musique comme dans la restauration, le côté ingénierie, mais aussi l'ambiance, comptent beaucoup. Ce sont mes chansons qui m'ont amené à la restauration. Au début, je pensais que le café Select était la plus mauvaise idée qui soit. Qui chercherait à manger suisse à New-York ? Mais ce point faible est devenu notre force : nous avions pour nous l'originalité, et le Select est à présent un café qui ne désemplit pas. Depuis, j'ai ouvert trois autres lieux de restauration à New-York : Rin Tin Tin, Better Days et le mois dernier Gran Torino. Quand les gens me demandent ce que je fais, je leur dis que je travaille au café Select. La plupart ne savent pas que je suis le propriétaire.
     
    Philosophie personnelle
    Beaucoup de choses dans ma vie sont le fruit du hasard. Tout ce que je comptais faire n'a jamais marché. L'un de ces heureux hasards est une chanson, Flawless, que j'avais écrite avec deux amis. Nous l'avons sortie sous notre propre label, totalement inconnu, et c'est devenu un tube au Royaume-Uni (note de l'éditeur : plus d'un million d'exemplaires vendus). Puis, j'ai reçu des messages sur mon répondeur, que j'ai d'abord pris pour une blague idiote d'un copain. (Oliver prenant l'accent anglais :) « Allo, ici le bureau de George Michael » – jusqu'au jour où je me suis trouvé là pour décrocher l'appareil et c'était effectivement l’imprésario de George Michael ! Il voulait la chanson et en a acheté les droits. Il a gardé le même titre, « Flawless », en lui ajoutant (« go to the city »). Ça a été son dernier tube avant sa disparition. Son dernier gros tube au top 10 mondial.

    Style personnel
    Quand j'étais étudiant en maths et informatique, je n'étais pas très porté sur la mode. Je n'y ai attaché de l'importance que beaucoup plus tard. Plus on vieillit, plus on recherche des vêtements fonctionnels qui finissent par devenir votre « costume ». (D'ailleurs, j'ai une passion pour les chaussures. Dans ma prochaine vie, je serai sans doute créateur de chaussures. J'ai des idées très arrêtées sur la question. En fait, j'ai même refusé de sortir avec certaines femmes parce que leurs chaussures ne me plaisaient pas.)

    Ne sors jamais sans…
    Phoebe, mon chien-sauveteur.

    CHRISTIAN CALABRO

    Artiste

    Ce natif de Zürich vit à New-York depuis 26 ans. Son « waste art », mondialement connu, a remporté deux nominations aux Grammy Awards.

    Un Suisse à New-York
    J'ai fait des études d'art graphique. La Suisse est toujours très réputée pour la qualité de ses créations à tous les niveaux. Ma passion pour l'art graphique a commencé avec les affiches de l'Opéra de Zürich. Ils ont les meilleurs artistes. Ici, à New-York, j'ai eu l'occasion de travailler pour des artistes très talentueux, comme Rage Against the Machine, Tony Bennett, Michael Jackson et Depeche Mode et beaucoup d'autres encore, pour qui j'ai créé des pochettes.

    J'ai reçu deux Grammy Awards pour la direction artistique de ces pochettes de disques. Ça a été une époque très intéressante de ma vie à New-York, très créative. Mais le secteur du disque s'est effondré et le marketing a pris le relais. Ça n'avait plus rien à voir avec la création, la passion n'y était plus. Aussi, j'ai décidé de faire autre chose. Depuis toujours, je collectionnais des créations graphiques intéressantes, des affiches et prospectus glanés au fil des rues. J'avais à présent le temps et l'espace nécessaires pour faire de ce hobby un métier.

    Philosophie personnelle
    Ne pas générer de nouveaux déchets. Ce qui m'intéresse, c'est ce que l'on jette. Les objets dont vous ne voulez plus sont pour moi un trésor. Je redonne une nouvelle vie aux objets considérés comme inutiles.

    Style personnel
    Je porte toujours des vêtements qui ne craignent pas les salissures, pour pouvoir travailler n'importe quand. Mon style est décontracté et pratique. Je suis souvent couvert de peinture, de colle, ou des deux à la fois. J'aime la simplicité. Vous me verrez souvent en vêtement de pluie – toujours prêt à affronter la pluie.

    Ne sors jamais sans...
    Mon couteau de plâtrier ! Dès qu'il pleut, vous pourrez me voir avec un grand sac, à la pêche aux affiches. L'humidité facilite le décollage des couches successives d'affiches placardées dans toute la ville. Quand je m’arrête devant une affiche, je ne vois que la couche supérieure. Puis, je commence à la décoller et les anciennes couches apparaissent. Je les enlève délicatement, couche par couche. C'est comme remonter la mémoire du temps. On en arrache un peu en grattant, mais en prenant le maximum de précautions, on arrive à en récupérer une bonne partie. De retour chez moi, ma maison est un vrai champ de bataille, couvert de papiers. Je suis toujours à l'affût des chantiers de construction. C'est là que je trouve les affiches illégales, souvent les plus intéressantes.

    Il est illégal d'apposer ou d'accrocher quoi que ce soit sur les chantiers de construction, mais pas de les retirer, autant que je sache. En fait, cela aide même la police. Quand ils me demandent ce que je fais, c'est toujours mon argument. La plupart du temps, ils me laissent continuer mon travail, car cela leur évite de rester eux-mêmes sous la pluie à les enlever. Mais cela ne les empêche pas de m'interpeller parfois : ce type louche en vêtement de pluie, très occupé en pleine nuit sous la pluie, et traînant avec lui un sac poubelle plein de papiers humides…

    BEHIND THE SCENES
    FALL/WINTER 2019/20